Utilisation des TIC auprès des ménages

L'administration et le commerce en ligne ont le vent en poupe en Belgique

Ménages
L'administration et le commerce en ligne ont le vent en poupe en Belgique

Administration en ligne

La crise du Covid-19 a entraîné une forte augmentation de l’échange numérique de données avec l’administration: 52% de la population a rempli et envoyé des formulaires en ligne au cours de l'année écoulée, soit 12% de plus qu'en 2019 avant la crise.

Toutefois, 48% de la population adulte n'a toujours pas de contact numérique avec les services publics.
Le problème ne se situe pas spécialement du côté de l'offre: seuls 4% ont indiqué qu'il n’était pas possible d'obtenir ou de fournir des informations en ligne.
Le manque de contacts personnels (18%), le manque de compétences (16%) et une plus grande confiance dans les formulaires papier (15%) sont les raisons les plus fréquemment citées pour ne pas utiliser l'administration en ligne.

Les utilisateurs les plus actifs de l'administration en ligne sont les jeunes adultes (25-34 ans) et les personnes à niveau d’instruction élevé: 71% et 69% respectivement ont eu des contacts en ligne avec l’administration.

Les personnes âgées de 65 à 74 ans (29%) et les personnes à niveau d’instruction faible (27%) utilisent beaucoup moins ces services en ligne.

Seuls 7% de ceux qui n'ont pas l'Internet à la maison cherchent une solution à l'extérieur, spécifiquement pour l’administration en ligne.

Envoi de formulaires administratifs officiels complétés (p. ex. par Tax-on-web) mais pas par e-mail

Pourcentage d’habitants de la Belgique âgés de 16 à 74 ans
Total 51,6%
Bruxelles 55,6%
Flandre 53,8%
Wallonie 46,3%
Femmes 48,7%
Hommes 54,5%
16-24 ans 39,8%
25-34 ans 70,8%
35-44 ans 63,9%
45-54 ans 54,7%
55-64 ans 44,5%
65-74 ans 28,7%
Niveau d'instruction faible 27,4%
Niveau d'instruction moyen 48,1%
Niveau d'instruction élevé 69,3%
Femmes 16-24 ans 42,9%
Femmes 25-54 ans 59,4%
Femmes 55-74 ans 34,0%
Hommes 16-24 ans 36,5%
Hommes 25-54 ans 66,6%
Hommes 55-74 ans 41,4%
Femmes niveau d’instruction faible 24,9%
Femmes niveau d’instruction moyen 43,9%
Femmes niveau d’instruction élevé 65,6%
Hommes niveau d’instruction faible 29,8%
Hommes niveau d’instruction moyen 51,8%
Hommes niveau d’instruction élevé 73,7%
Étudiant 36,4%
Travailleur 63,3%
Salarié 64,0%
Indépendant 61,2%
Sans emploi 51,6%
Inactif 33,9%
Pensionné 34,1%
Autre inactif 33,7%
Revenu du ménage dans le 1er quintile 34,6%
Revenu du ménage dans le 2ème quintile 44,0%
Revenu du ménage dans le 3ème quintile 49,1%
Revenu du ménage dans le 4ème quintile 63,7%
Revenu du ménage dans le 5ème quintile 61,5%

Commerce en ligne

Au cours de l’année écoulée, 66% des Belges (16-74 ans) ont effectué des achats en ligne. Il s’agit d’une hausse de 11% par rapport à 2019, avant la crise du Covid-19. Les montants dépensés et la fréquence des achats sont également en forte hausse.

Les vêtements sont les produits les plus populaires du commerce en ligne, avec plus de deux tiers des acheteurs interrogés indiquant avoir acheté des vêtements, des chaussures et/ou des accessoires en ligne au cours du dernier trimestre. Ce chiffre atteint 75% pour les femmes.

Habitudes de dépenses de l’acheteur en ligne
Articles d’habillement, chaussures et accessoires 67,5%
Livraison de repas 36,5%
Téléchargement ou streaming de films ou séries 33,4%
Téléchargement ou streaming de musique 27,7%
Produits cosmétiques, produits de beauté ou de bien-être 24,5%
Meubles, accessoires pour la maison ou articles de jardin 24,4%
Médicaments ou compléments alimentaires 21,8%
Ordinateurs, tablettes, smartphones, GSM ou accessoires 21,7%
Livres, magazines ou journaux (papier) 20,9%
Articles de sport 19,9%

Non seulement les Belges sont plus nombreux à acheter en ligne, mais ils le font aussi plus souvent. 15% des acheteurs ont acheté des biens ou des services plus de dix fois au cours des trois derniers mois, contre seulement 10% en 2019.

Des montants plus importants sont également dépensés: 28% des personnes interrogées déclarent avoir dépensé 500€ ou plus en ligne par trimestre, contre 19% en 2019.

Il est frappant de constater que les hommes dépensent en moyenne plus: plus de 1000 euros pour 17% d’entre eux. Chez les femmes, ce chiffre est de 10%.

Ménages sans Internet

8% des ménages n'ont pas de connexion Internet. Ce pourcentage est plus élevé en Wallonie (11%) qu’à Bruxelles et en Flandre (7%).

Les groupes de population dont le taux de connexion à Internet est le plus faible sont les ménages dont les revenus se situent dans le quintile le plus bas (76%) et les personnes seules (83%).

Les ménages avec des enfants scolarisés ont un taux de connexion à Internet de 99%; en 2016, 4% de ces ménages n'avaient pas Internet à la maison.

Des chiffres plus détaillés sont disponibles sur le site web de Statbel: https://statbel.fgov.be/fr/themes/menages/utilisation-des-tic-aupres-de…

Explication méthodologique:

Administration en ligne: Remplir et transmettre des formulaires sur des sites web de l’administration (p.ex. Tax-on-web, enquêtes en ligne,…)

Quintile: Le premier quintile représente 20% de la population ayant le revenu le plus faible et le cinquième quintile représente les 20% de la population ayant le revenu le plus élevé.

Achats en ligne: achats en ligne effectués au cours des trois mois précédant l’enquête

Ménages: ménages comptant au moins une personne âgée de 16 à 74 ans.

But et description sommaire

Le but de la collecte de données auprès des ménages et des individus est d’établir des statistiques comparables au niveau international ainsi que des indicateurs nationaux de la fracture numérique.

Cette enquête bénéficie par ailleurs d’une subvention de la part d’Eurostat, l’Office statistique européen.

Champ d’étude

L’enquête sur l’utilisation des TIC auprès des ménages et des individus a été associée, sous la forme d’un module spécial TIC et Internet, à l’enquête sur les forces de travail (EFT). Une même personne du ménage, désignée de façon aléatoire, répond à toutes les questions, tant celles de la partie concernant la situation du ménage, que celles de la partie consacrée à sa situation individuelle.

Méthode de collecte des données et taille finale de l’échantillon

Méthode de collecte des données

Pour l’enquête TIC auprès des ménages et des individus, il existe depuis 2009 deux modes de collecte des données : une application Web et un formulaire papier
Après avoir posé les questions de l’enquête EFT, l’enquêteur détermine, à partir de la date d’anniversaire des membres du ménage, quel sera celui qui devra répondre aux questions sur l’utilisation des TIC. L’enquêteur remet alors à cette personne d’une part un questionnaire papier, assorti d’une enveloppe de renvoi, et d’autre part un document contenant les instructions et les codes d’accès nécessaires pour participer à l’enquête TIC au moyen de l’application Web. Deux à trois semaines après la visite de l’enquêteur, les ménages n’ayant pas encore répondu, recevront une lettre de rappel. Avant 2009, les ménages étaient interrogés oralement par l’enquêteur à l’issue de l’enquête EFT.

Échantillonnage

L’échantillon de l’enquête TIC auprès des ménages et des individus est associé à celui de l’enquête EFT. Tous les ménages qui participent aux enquêtes EFT, sont invités à répondre aussi aux questions sur l’utilisation des TIC.

Taux de réponse

Pour l’enquête TIC, le taux de réponse se situe à 67% des ménages ayant participé à l’enquête EFT. Par rapport à l’échantillon initial brut, le taux de réponse s’élève à 45%.

Périodicité

L’enquête TIC est organisée annuellement.

Calendrier de publication

Les données doivent être transmises à Eurostat au début octobre. Pour le public, les résultats sont disponibles à la fin de l’année.

Questionnaire

Métadonnées