Utilisation des TIC auprès des ménages

La fracture numérique reste importante entre les personnes peu et hautement qualifiées

Ménages
La fracture numérique reste importante entre les personnes peu et hautement qualifiées

Statbel publie pour la première fois des chiffres sur les compétences numériques[1] des Belges sur la base de l’enquête TIC ménages.  Des données sont actuellement disponibles pour les années 2015-2019. À cet égard, une distinction est faite entre quatre types de compétences.

Quelques résultats globaux frappants où les personnes interrogées ont indiqué qu'elles avaient plus que des connaissances numériques de base:

  • Un tiers des Belges déclarent en 2019 avoir plus que des connaissances de base;
  • Le fossé entre les femmes et les hommes est relativement faible, avec 32 % et 37 %, respectivement;
  • L'écart entre les personnes peu qualifiées et hautement qualifiées est important, avec 15 % et 57 %, respectivement, et ne s’est pas réduit entre 2015 et 2019;
  • Les étudiants obtiennent les meilleurs résultats avec 61 %, les inactifs les moins bons avec 11 %;
  •  Bruxelles et la Flandre ont une petite avance sur la Wallonie pour ce qui est d’avoir plus que des connaissances numériques de base.

Les compétences en matière d'information comprennent des activités telles que la copie ou le déplacement de fichiers ou de dossiers, l'utilisation de l'espace de stockage sur internet, la recherche d'informations sur les sites web des pouvoirs publics, la recherche d'informations sur des biens ou des services, la recherche d'informations liées à la santé:

  • Trois Belges sur quatre déclarent en 2019 avoir plus que des connaissances de base en matière d'information;
  • Il n’y a presque pas de différence entre les hommes et les femmes en termes de compétences en matière d’information;
  • Plus de 90 % des personnes hautement qualifiées déclarent avoir plus que des connaissances de base, contre seulement la moitié des personnes peu qualifiées;
  • 47 % des plus de 65 ans déclarent en 2019 avoir plus que des connaissances de base. En 2015, ce chiffre était seulement de 37 %.

Les compétences de communication sont des activités telles que l'envoi et/ou la réception d’e-mails, l'utilisation des réseaux sociaux, les appels téléphoniques ou vidéo sur internet, le téléchargement de votre propre matériel:

  • Presque quatre Belges sur cinq déclarent en 2019 avoir plus que des connaissances de base en matière de communication;
  • Il n’y a presque pas de différence entre les hommes et les femmes en termes de compétences de communication;
  • Plus de 90 % des personnes hautement qualifiées déclarent avoir plus que des connaissances de base, contre un peu plus de 60 % des personnes peu qualifiées;
  • 48 % des plus de 65 ans déclarent en 2019 avoir plus que des connaissances de base. En 2015, ce chiffre était seulement de 32 %.

Les compétences en matière de logiciels et de résolution de problèmes ont également été étudiées. Tous les détails sont disponibles dans les tableaux téléchargeables.


[1] Une distinction est établie entre ‘aucune connaissance’, ‘connaissances de base’ et ‘plus que des connaissances de base’.

Tableau 1
Tableau 2
Tableau 3

But et description sommaire

Le but de la collecte de données auprès des ménages et des individus est d’établir des statistiques comparables au niveau international ainsi que des indicateurs nationaux de la fracture numérique.

Cette enquête bénéficie par ailleurs d’une subvention de la part d’Eurostat, l’Office statistique européen.

Champ d’étude

L’enquête sur l’utilisation des TIC auprès des ménages et des individus a été associée, sous la forme d’un module spécial TIC et Internet, à l’enquête sur les forces de travail (EFT). Une même personne du ménage, désignée de façon aléatoire, répond à toutes les questions, tant celles de la partie concernant la situation du ménage, que celles de la partie consacrée à sa situation individuelle.

Méthode de collecte des données et taille finale de l’échantillon

Méthode de collecte des données

Pour l’enquête TIC auprès des ménages et des individus, il existe depuis 2009 deux modes de collecte des données : une application Web et un formulaire papier
Après avoir posé les questions de l’enquête EFT, l’enquêteur détermine, à partir de la date d’anniversaire des membres du ménage, quel sera celui qui devra répondre aux questions sur l’utilisation des TIC. L’enquêteur remet alors à cette personne d’une part un questionnaire papier, assorti d’une enveloppe de renvoi, et d’autre part un document contenant les instructions et les codes d’accès nécessaires pour participer à l’enquête TIC au moyen de l’application Web. Deux à trois semaines après la visite de l’enquêteur, les ménages n’ayant pas encore répondu, recevront une lettre de rappel. Avant 2009, les ménages étaient interrogés oralement par l’enquêteur à l’issue de l’enquête EFT.

Échantillonnage

L’échantillon de l’enquête TIC auprès des ménages et des individus est associé à celui de l’enquête EFT. Tous les ménages qui participent aux enquêtes EFT, sont invités à répondre aussi aux questions sur l’utilisation des TIC.

Taux de réponse

Pour l’enquête TIC, le taux de réponse se situe à 67% des ménages ayant participé à l’enquête EFT. Par rapport à l’échantillon initial brut, le taux de réponse s’élève à 45%.

Périodicité

L’enquête TIC est organisée annuellement.

Calendrier de publication

Les données doivent être transmises à Eurostat au début octobre. Pour le public, les résultats sont disponibles à la fin de l’année.

Questionnaire

Métadonnées