Budget des ménages

Un tiers de nos dépenses consacré au logement

Ménages
living

Les dépenses moyennes des ménages belges en 2016

  • Un tiers du budget du ménage était consacré au logement ;
  • 15% étaient alloués au transport et aux communications ;
  • 15% étaient destinés aux produits alimentaires, aux boissons et au tabac ;
  • 82 ménages sur 100 possédaient une voiture en Belgique mais seulement 53 sur 100 à Bruxelles.

En 2016, les dépenses moyennes des ménages se sont élevées à 34.167 euros en Belgique. Les ménages ont consacré 15,3 % de leur budget aux dépenses d’alimentation, de boissons et de tabac (5.244 euros pour l'année), soit 13,4 % pour les dépenses alimentaires et les boissons non alcoolisées, 1,3 % pour les boissons alcoolisées et 0,6 % pour le tabac. La majeure partie des dépenses (36,3 %) est consacrée au logement :

  • 30,4 %, soit 10.400 euros, pour le logement en lui-même : le loyer (réellement payé pour les locataires ou estimé pour les propriétaires), les charges et les dépenses énergétiques, l'entretien et la réparation du logement ;
  • 5,8 %, soit 1.992 euros, pour l'achat de meubles et d'appareils ménagers, l'entretien courant (produits ménagers), l'outillage pour la maison et le jardin, etc.

Les transports et les communications représentent également un poste de dépenses important (14,8 %). Viennent ensuite les soins et services personnels (10,1 %), la culture et les loisirs (7,5 %), l’horeca (6,4 %), la santé (4,6 %) et les articles d'habillement et les chaussures (4,3 %).

Ces données ressortent des résultats de l’enquête sur le budget des ménages que la Direction générale Statistique – Statistics Belgium a organisée en 2016. Cette enquête sert également au calcul des indices des prix à la consommation, à l'actualisation du panier de l'indice et à l’estimation des dépenses de consommation finale des ménages de la comptabilité nationale.

Comparaison régionale pour quelques dépenses courantes

Il est intéressant de jeter un œil sur les habitudes de consommation des ménages dans les trois régions.

Les ménages bruxellois consacrent proportionnellement plus d'argent à leur habitation (39 % contre 35,8 % en Flandre et 36,3 % en Wallonie). Une part plus importante de leur budget est également affectée aux produits alimentaires et aux boissons non alcoolisées (13,8 % contre 13,3 % en Flandre et 13,5 % en Wallonie).

Les Flamands dépensent, quant à eux, proportionnellement plus pour les meubles, les appareils et ustensiles ménagers et d’entretien courant (6,4 % contre 5 % en Wallonie et 5,1 % à Bruxelles) et pour les hôtels, les cafés et les restaurants (7,1 % contre 5,0 % en Wallonie et 6,7 % à Bruxelles).

Enfin, les Wallons consacrent proportionnellement plus d'argent aux dépenses énergétiques (5,7 % contre 4,8 % en Flandre et 4,1 % à Bruxelles) et de transport (12,9 % contre 11,4 % en Flandre et 8 % à Bruxelles).

La possession de biens durables

L’enquête sur le budget des ménages s’intéresse également à la possession de biens durables.

En 2016, certains de ces biens durables sont pratiquement omniprésents dans les ménages belges. 100 % des ménages possèdent par exemple au moins un réfrigérateur. Il en va de même pour les télévisions (98 %), les GSM ou smartphones (98 %) et les machines à laver le linge (92 %).

D’autres biens durables sont aussi très présents dans les ménages belges : 82 % d’entre eux possèdent au moins une voiture, 73 % un ordinateur portable, 62 % une machine à laver la vaisselle et 50 % une tablette.

Des différences s’observent aussi au niveau régional : le pourcentage de ménages possédant une voiture particulière s'avère par exemple nettement plus élevé en Flandre (86 %) et en Wallonie (85 %) que dans la Région de Bruxelles-Capitale (53 %). Il en va de même pour les machines à laver le linge (94 % en Flandre et 93 % en Wallonie contre 78% à Bruxelles) et les machines à laver la vaisselle (64 % en Flandre et 66 % en Wallonie contre 47% à Bruxelles). Par contre, le pourcentage de ménages possédant au moins une tablette est seulement plus élevé en Flandre (56 % contre 42 % en Wallonie et 43 % à Bruxelles).

Enfin, près d'un ménage sur quatre (23 %) a un ou plusieurs chiens. La proportion est légèrement plus élevée pour les chats (29 %). Les Wallons sont proportionnellement plus nombreux à posséder un chien (31 %) ou un chat (36 %) que les Flamands (respectivement 21 et 27 %) et surtout que les Bruxellois (11 et 16 %).

Graphique
Content

image

 

Tableau
Content

Dépenses moyennes pour l'ensemble des ménages en pourcentage des dépenses totales

COICOP Dénomination Flandre Wallonie Bruxelles
01 Produits alimentaires et boissons non alcoolisées 13,3% 13,5% 13,8%
02 Boissons alcoolisées et tabac 1,7% 2,2% 2,1%
03 Vêtements et chaussures 4,7% 3,6% 4,3%
04 Logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles 29,5% 31,2% 33,8%
045 Électricité, gaz et autres combustibles 4,8% 5,7% 4,1%
05 Meubles, appareils et ustensiles ménagers, entretien courant 6,4% 5,0% 5,1%
06 Santé 4,4% 4,9% 4,7%
07 Transport 11,4% 12,9% 8,0%
0711 Achat de voitures 5,4% 5,9% 2,4%
08 Communications 3,3% 3,2% 3,4%
09 Culture et temps libre 7,7% 7,2% 7,4%
095 Presse, librairie et papeterie 1,1% 0,9% 1,1%
0951 Librairie 0,5% 0,3% 0,5%
10 Formation 0,5% 0,4% 1,7%
11 Hôtels, restaurants et cafés 7,1% 5,0% 6,7%
1111 Restauration et horeca 5,4% 3,8% 4,7%
1120 Hôtellerie et similaires 1,6% 1,1% 1,7%
12 Soins et services personnels 10,0% 10,7% 9,1%

Enquête sur le budget des ménages (HBS)

But et description sommaire

EU-HBS (European Union – Household Budget Survey) est une enquête sur les dépenses et les revenus des ménages belges ; c’est un outil important pour dresser, tant au niveau belge qu’européen, un état des habitudes de consommation de la population sur une année.

L’objectif de cette enquête est de mettre en place un cadre global pour la production d’informations statistiques 'communautaires' sur la consommation des ménages à partir de données transversales sur les postes budgétaires (montant, composition...) aux échelons national et européen.

L’enquête est aussi la source principale pour composer le panier de l’indice des prix à la consommation. Le choix des produits témoins et leur pondération dans le panier sont revus en profondeur tous les deux ans sur base de l’enquête EBM la plus récente. La prochaine révision aura lieu en janvier 2018 (année de base 2013=100) sur base de EBM 2016. Pour les années où une enquête EBM n’est pas organisée, les poids sont adaptés au moyen d’un price-update et de nouveaux produits témoins peuvent être ajoutés via  une redistribution des poids du groupe du niveau supérieur.

Population étudiée

Les ménages privés qui résident en Belgique.

Méthode de collecte des données et taille de l’échantillon

Les ménages participants doivent compléter un questionnaire avec l’aide de l’enquêteur et un carnet de dépenses dans lequel ils enregistrent toutes leurs dépenses pendant un mois. Jusqu’en 2010, ce sont un peu plus de 300 ménages qui ont ainsi été interrogés chaque mois pour parvenir sur une année à un échantillon d’environ 3.700 ménages.

A partir de 2012, l’enquête se déroule tous les deux ans au lieu de tous les ans mais se base sur un échantillon plus large (5.000 ménages participants par an). De plus, l’enquête sur le budget des ménages n’a plus recours à un échantillon séparé mais bien à un échantillon intégré à l’enquête sur les forces de travail (EFT).

Le questionnaire a été fortement raccourci, ce qui allège la charge pour les ménages participants. L’enquête a également été modernisée. Les enquêteurs travaillent désormais sur des PC tablettes et les ménages peuvent noter leurs dépenses dans une application internet plutôt que sur papier.

Les ménages participant de manière satisfaisante à l’enquête (tous les documents bien complétés) reçoivent une compensation financière.

Taux de réponse

2016: 9% des ménages contactés via l'enquête EFT

Périodicité

Bisannuelle (depuis 2012).
Annuelle (de 1999 à 2010).

Calendrier de publication

Disponibilité des résultats : 6 mois à 1 an après la période de référence (à partir de 2012).

Formulaires

Définitions

Le ménage est constitué, soit par une personne vivant habituellement seule, soit par deux ou plusieurs personnes qui, unies ou non par des liens de parenté, occupent habituellement un même logement et y vivent en commun. 

L’unité de consommation modifiée est une échelle d’équivalence qui est appliquée pour adapter les dépenses de consommation en fonction de la taille et de la composition du ménage. Un coefficient de 1 est attribué au premier adulte, de 0,5 aux autres personnes de plus de 13 ans et de 0,3 aux enfants de 13 ans ou moins (échelle modifiée de l’OCDE).

Remarques

Avertissement: suite à une amélioration de la méthode d'extrapolation, les résultats en valeurs nominales d'EBM 2016 ne sont pas comparables à ceux des années précédentes. Précisons que la répartition des dépenses est peu affectée par la nouvelle méthode.

Nomenclature

Table de correspondance entre les nomenclatures COICOP-HBS-BE (EBM 2014) et ECOICOP-BE (EBM 2016).xls

Métadonnées

D8_3.png

Avez-vous des questions sur ce thème?