Données des plateformes dans le secteur du tourisme résidentiel

Statbel DataLab : nouvelles statistiques, méthodes et sources de données en version bêta

DataLab – Données des plateformes dans le secteur du tourisme résidentiel

DataLab
DataLab – Données des plateformes dans le secteur du tourisme résidentiel

Au cours de la dernière décennie, de plus en plus de Belges ont réservé leurs vacances sur internet. Les propriétaires d’hébergements utilisent eux aussi les plateformes en ligne pour proposer leurs appartements ou leurs maisons de vacances à la location.

En raison de ce succès grandissant, Statbel, l'office belge de statistique, a décidé d'établir une nouvelle statistique expérimentale sur l'utilisation des plateformes en ligne pour la location de logements de vacances privés. Pour ce faire, Statbel utilise les données de quatre grandes entreprises actives comme plateformes qu'il reçoit via Eurostat. Ces quatre entreprises, Airbnb, Booking.com, Expedia Group et TripAdvisor, fournissent des données pseudonymisées et agrégées sur toutes les réservations et nuitées qui ont eu lieu sur le territoire belge via leurs plateformes.

Cette statistique expérimentale se limite aux hébergements proposés par des particuliers. Les fournisseurs d'hébergement professionnels, tels que les hôtels, sont exclus. Pour des statistiques sur ces prestataires professionnels, veuillez vous référer aux statistiques officielles du tourisme. De plus amples informations sur ces statistiques expérimentales et les données utilisées sont disponibles sous l'onglet documentation.

Les plateformes en ligne ont représenté 4.467.000 nuitées chez des particuliers en 2020.

Les derniers chiffres montrent que la location d’hébergements proposés par des particuliers via une plateforme en ligne est une habitude désormais bien ancrée. En 2020, 437.000 hébergements ont été réservés via une plateforme en ligne et les voyageurs y ont passé au total 4.467.000 nuits. Sans l'épidémie du coronavirus et les restrictions de voyage en vigueur depuis mars 2020, le nombre de réservations et de nuitées serait même nettement plus élevé.

Le nombre de réservations et de nuitées effectuées via une plateforme en ligne a augmenté systématiquement sur une base annuelle jusqu'en février 2020. L'impact de la crise du coronavirus, durant laquelle les voyages à l'étranger ont été déconseillés, s’observe à partir de mars 2020. L'été 2020 a connu une forte reprise, mais la deuxième vague de l'automne s'est finalement traduite par une forte baisse du nombre de nuitées réservées. Au final, les 4.467.000 nuitées représentent une baisse de 36,1% par rapport à 2019 et de 19,5% par rapport à 2018.

La plupart des nuitées ont été passées en Région flamande

La Région flamande compte le plus grand nombre de nuitées passées dans des hébergements proposés par des particuliers et réservées via une plateforme en ligne. En 2020, 45,4% des nuitées ont eu lieu en Région flamande, 35,8% en Région wallonne et enfin 18,8% dans la Région de Bruxelles-Capitale. Par rapport à 2019, le nombre de nuitées a surtout diminué dans la capitale (-11,4 pp), alors que la Région wallonne a gagné en popularité (+11,7 pp). Une tendance similaire s’observe dans d’autres pays européens : les grandes villes ont perdu du terrain à cause de la crise du coronavirus, au profit de zones rurales offrant de vaste zones naturelles.

Bruxelles-Capitale reste l’arrondissement le plus populaire

En dépit d'une forte baisse en 2020, Bruxelles-Capitale reste l’arrondissement affichant le plus grand nombre de nuitées réservées auprès de particuliers via une plateforme en ligne. Sur l’ensemble de l’année calendrier, 841.000 nuitées ont été passées dans la capitale. Les arrondissements d’Ostende (408.000 nuitées) et de Bruges (367.000 nuitées) complètent le top 3. L’arrondissement de Verviers était le plus populaire en Wallonie, avec 326.000 nuitées, ce qui le place en quatrième position au niveau national.

Les étrangers constituent la majorité

En 2018 et 2019, 77% des nuitées avaient été réservées par des non-résidents, soit des voyageurs dont la résidence principale se trouve à l’étranger. Les restrictions de voyage liées à la crise du coronavirus ont fait baisser cette part à 52% en 2020.

Enfin, il est également possible de répartir le nombre de nuitées des non-résidents selon le pays d’origine du voyageur Cette analyse montre qu’en 2018 et 2019, les Français constituaient le plus grand groupe de non-résidents ayant réservé un hébergement chez un particulier via une plateforme en ligne. En 2020, les Pays-Bas ont dépassé la France pour devenir le principal pays d’origine avec 23% des nuitées. Les Allemands complètent le top 3 avec 17%. Ils sont suivis de près par les habitants du Royaume-Uni et les Espagnols.

Ces dernières années ont vu l’apparition de diverses applications qui mettent des personnes en contact pour échanger des biens et des services. De plus en plus de consommateurs ont recours à une plateforme en ligne pour réserver un hébergement de vacances ou faire livrer un repas à domicile par une entreprise de livraison à vélo. L’économie collaborative gagne dès lors rapidement en importance.

C’est la raison pour laquelle Statbel, l'office belge de statistique, étudie, en étroite collaboration avec Eurostat et d’autres instituts nationaux de statistique, de quelle manière l’économie collaborative peut être intégrée dans les statistiques publiques. Les instituts nationaux de statistique sont toutefois confrontés à une difficulté majeure lors de l’analyse des entreprises actives comme plateformes. Les plus grandes d’entre elles sont des acteurs multinationaux qui gèrent souvent leurs activités en Belgique à partir d’un siège situé à l’étranger. Ces entreprises se retrouvent dès lors rarement dans les statistiques classiques sur les entreprises ou dans les répertoires. Pour obtenir les données nécessaires, les instituts nationaux de statistique seraient dès lors obligés de contacter toutes les entreprises actives comme plateformes de manière unilatérale. Cette méthode de travail est chronophage et peu efficace, tant pour les plateformes que pour les instituts statistiques. La Commission européenne a dès lors décidé de s’occuper elle-même de ces contacts et de demander les données pour tous les Etats membres de l’UE via une convention. Ces négociations se sont d’abord concentrées sur le secteur du tourisme résidentiel et ont débouché sur des accords avec les plateformes Airbnb, Booking.com, TripAdvisor et Expedia . Ces entreprises ont entretemps fourni les premiers fichiers de données à Eurostat. Eurostat subdivise ensuite les microdonnées en 27 fichiers nationaux pseudonymisés et agrégés, ce qui permet à Statbel de recevoir des informations sur l’ensemble des réservations et des nuitées qui ont été réservées sur le territoire belge via ces quatre plateformes en ligne.

Ces accords entre la Commission européenne et les quatre plateformes ont permis de franchir un premier obstacle important. Le travail méthodologique ne fait toutefois que commencer. Sur la base des premiers fichiers, les instituts nationaux de statistique et Eurostat doivent encore développer une approche harmonisée permettant de relever les défis méthodologiques. Etant donné que les microdonnées des plateformes ne contiennent pas de données d’identification, les doubles comptages constituent un problème significatif. Ces doubles comptages, dans lesquels un hébergement est repris dans au moins deux fichiers différents, constituent surtout un défi pour déterminer la capacité. C’est la raison pour laquelle, cette information n’est pas reprise dans la statistique expérimentale.

Actuellement, les instituts nationaux de statistique étudient, en concertation avec Eurostat, quelles sont les meilleures techniques à utiliser pour résoudre ces problèmes méthodologiques. Dans ce cadre, on se tourne surtout vers les méthodes innovantes comme le webscraping. Le webscraping collecte des informations pertinentes sur des sites internet. Cette technique, combinée à l’intelligence artificielle, est considérée comme la meilleure solution. Nous étudions concrètement les deux pistes suivantes :

  • Reconnaissance de texte : les particuliers qui proposent la même chambre sur plusieurs plateformes en ligne, utilisent en général le même texte. En recherchant des mots-clés comme l’emplacement de l’hébergement, la taille de la chambre, les commodités présentes... Les hébergements identiques peuvent être identifiés automatiquement ;
  • Reconnaissance de photos : cette technique compare automatiquement les photos placées dans une annonce afin d’identifier les doubles comptages éventuels. Cette technique nécessite toutefois une mémoire informatique conséquente et est dès lors gardée en réserve en tant que solution alternative.

L’objectif à terme est d’intégrer les données des plateformes dans une statistique récurrente. Le timing de cette intégration dépend de la définition d’une approche harmonisée pour les problèmes méthodologiques ainsi que de la livraison plus rapide des données par les plateformes.