Mouvement de la population

Au 1er janvier 2022, la population légale belge comptait 11.584.008 habitants

Population
Au 1er janvier 2022, la population légale belge comptait 11.584.008 habitants

Au 1er janvier 2022, la population légale belge(1) comptait 11.584.008 habitants, selon les chiffres officiels de Statbel, l'office belge de statistique.

Cloë Ost, statisticienne en démographie chez Statbel: « L'année dernière, la population belge a augmenté de 62.770 habitants. En pourcentage, la population a crû de 0,54%. Ce pourcentage de croissance est deux fois plus élevé que l’année dernière, durant laquelle la pandémie de COVID-19 avait causé un ralentissement. Cette croissance est conforme à celle habituellement enregistrée avant la pandémie de COVID-19, à savoir aux alentours de 0,5%. »

« La majeure partie de la croissance démographique s'explique par un solde migratoire international fortement positif. Le "solde migratoire positif" était responsable de 58.118 des 62.770 habitants supplémentaires. Il y a donc eu 58.118 immigrants de plus que d'émigrants. En outre, nous constatons à nouveau un solde naturel positif. En 2021, on dénombre 5.623 naissances de plus que de décès. Ce chiffre est plutôt faible par rapport à la période précédant la pandémie de COVID-19. Enfin, l’ajustement statistique se chiffrait à -971 habitants. »

On constate également de nettes différences entre les régions et les provinces en 2021. Cloë Ost : « La Région flamande reste de loin la région qui connait la plus forte croissance, avec 45.814 habitants supplémentaires, soit un taux de croissance de 0,69%. En Région wallonne, ce pourcentage était de 0,39%, avec 14.289 habitants supplémentaires. À Bruxelles, nous constatons une croissance de 2.667 personnes, soit 0,22 %, un pourcentage qui reste relativement faible par rapport aux années précédant la pandémie de COVID-19. »

« Parmi les provinces flamandes, c'est dans le Brabant flamand que l'on observe la plus forte croissance démographique, avec 0,98 %. La province flamande qui connaît la croissance la plus lente est la Flandre occidentale, à savoir 0,47 %. En Wallonie, la province de Luxembourg enregistre la plus forte croissance, avec 0,84%. La province de Liège connaît la croissance la plus faible de sa population, avec 0,17 % en 2021. »

Dans le texte ci-dessous, nous nous penchons plus en détail sur les chiffres du solde naturel et du solde migratoire, ainsi que des trois régions. Cette publication concerne la population légale au 1er janvier 2022 ainsi que les évolutions observées au cours de l’année 2021. L'impact démographique de la guerre en Ukraine et de la crise des réfugiés qui en découle n'est donc pas encore visible dans ces chiffres.

Mouvement de la population

Globalement, l'impact du COVID-19 sur les différents phénomènes démographiques, tels que le solde naturel et le solde migratoire international, est beaucoup plus faible en 2021 qu'en 2020. En 2021, la population belge a augmenté de 62.770 habitants. Cette augmentation du nombre d'habitants s'explique par un ajustement statistique limité (-971) et par deux phénomènes démographiques importants.(2)

  • Le solde naturel, qui était exceptionnellement négatif l’année dernière, est à nouveau positif (+5.623). En 2021, le nombre de naissances a dépassé celui des décès.
  • Comme les années précédentes, le solde migratoire international est positif (+58.118). En 2021, on a enregistré plus d’immigrations que d’émigrations.

La croissance démographique en 2021 est due à un solde naturel légèrement positif et à un solde migratoire international fortement positif. Le principal moteur de la croissance démographique est donc le solde migratoire international, qui explique 90 % de la croissance démographique. Les 10% restants de la croissance démographique s’expliquent par le solde naturel. Nous analysons ces chiffres plus en détail ci-dessous.

Après un ralentissement de la croissance démographique à 0,25 % en 2020, à cause en grande partie de la pandémie de COVID-19, la croissance démographique rebondit à 0,54 % en 2021. La croissance est ainsi à nouveau conforme aux niveaux observés avant la pandémie de COVID-19.

  • Après un solde naturel négatif en 2020 (-13.111), le solde naturel de 2021 est à nouveau positif (+5.623) et se rapproche ainsi du solde naturel de 2019 (+8.358).
    • D'une part, le nombre de naissances se redresse. Par rapport à 2019 (117.103 naissances), on observe une forte baisse du nombre de naissances en 2020 à 113.739 (-2,9%) puis une reprise en 2021 avec 117.914 naissances (+0,7%).
    • D’autre part, la pandémie de COVID-19, semble encore toujours avoir une influence sur le nombre de décès, même si cet effet est beaucoup plus limité qu’en 2020. En 2019, on a dénombré 108.745 décès. Ce chiffre a fortement augmenté pour atteindre 126.850 décès en 2020 (+16,6%), avant de retomber à 112.291 décès en 2021 (+3,3%).
  • Le solde migratoire international s’élevait à +58.118 en 2021. Ce solde est beaucoup plus élevé qu'en 2020 où il se chiffrait à +41.756 et correspond davantage au solde migratoire international de +55 031 observé en 2019.
    • D’abord, le nombre d’immigrations internationales se redresse(3). Par rapport à 2019, le nombre d'immigrations a fortement diminué, passant de 174.591 à 144.169 immigrations en 2020 (-17,4%). Il est ensuite reparti à la hausse pour atteindre 165.534 immigrations en 2021 (-5,2%).
    • Par ailleurs, on constate également une reprise du nombre d'émigrations internationales(4). En 2019, on a dénombré 119.560 émigrations. Ce chiffre a fortement baissé à 102.413 en 2020 (-14,3 %) et a légèrement augmenté en 2021 pour atteindre 107.416 (-10,2 %).
    • Il peut sembler étrange que, même si l'immigration et l'émigration internationales n'ont pas encore retrouvé les niveaux d'avant la pandémie de COVID-19, le solde migratoire international en 2021 soit plus positif qu'en 2019. Cela s'explique par le fait que l'immigration internationale se redresse plus rapidement que l'émigration internationale, si bien que l’écart (le solde) entre ces deux mouvements se creuse.

Région flamande

Après une croissance démographique ralentie de 0,36% en 2020, la croissance démographique en Région flamande a rebondi à 0,69% en 2021. Cette croissance démographique est légèrement plus élevée qu'avant la pandémie de COVID-19, où elle fluctuait autour de 0,60 %. Cette croissance plus forte est principalement due à une augmentation du solde migratoire international. Il est important de noter qu'en nombres absolus, l'immigration et l'émigration internationales sont toujours plus faibles qu'avant la pandémie de COVID-19. La raison de l'augmentation du solde migratoire international est la reprise plus rapide de l'immigration internationale par rapport à l'émigration internationale.

  • Le solde naturel de la Région flamande est à nouveau positif à +1.239 en 2021 et, après un solde négatif de -8.121 en 2020, il est plus conforme au solde naturel de +1.301 observé en 2019.
    • Le nombre de naissances repart à la hausse en 2021 et compense même la baisse de la natalité de l'année dernière. En 2019, le nombre de naissances était de 63.721. Il baisse légèrement à 62.798 en 2020 (-1,4%) avant de remonter en 2021 à 65.747 (+3,2%).
    • Le nombre de décès en 2021 est inférieur à celui de 2020, mais reste supérieur à celui de 2019. Le nombre de décès a augmenté de 62.420 en 2019 à 70.919 décès en 2020 (+13,6%) et à 64.508 en 2021 (+3,3%).
    • Le nombre légèrement plus élevé de naissances en 2021 compense le nombre plus élevé de décès en 2021, de sorte qu'en Flandre, le solde naturel de 2021 est quasi identique à celui de 2019.
  • Le solde migratoire international de la Région flamande s’élève à +30.166 en 2021. Ce solde est nettement plus élevé qu'en 2020 (+20.098) et aussi légèrement supérieur à celui de 2019 (+28.511).
    • Par rapport à 2019 qui affichait 80.423 immigrations internationales, ce nombre d'immigrations diminue fortement en 2020 à 66.899 (-16,8%) et à 77.764 (-3,3%) en 2021.
  • Le nombre d'émigrations internationales a également fortement diminué, passant de 51.912 en 2019 à 46.801 en 2020 (-9,8%) et 47.598 en 2021 (-8,3%).
    • En Région flamande, l'immigration internationale se redresse plus rapidement que l'émigration internationale.
  • La Région flamande présente le solde migratoire interne positif le plus élevé de toutes les régions, à savoir +15.262. Il y a donc plus de Wallons et de Bruxellois qui déménagent en Flandre, que de Flamands qui déménagent dans les deux autres régions.

Région wallonne

Après un ralentissement à 0,08% en 2020, la croissance démographique de la Région wallonne grimpe à 0,39% en 2021. Cette croissance démographique est légèrement plus élevée qu'avant la pandémie de COVID-19, où elle fluctuait autour de 0,32 %. L'explication est, tout comme en Région flamande, une augmentation du solde migratoire international. Mais là encore, cela n'est pas dû à un plus grand nombre absolu d'immigrations, mais plutôt à une reprise plus rapide de l'immigration internationale par rapport à l'émigration internationale.

  • En Région wallonne, le solde naturel est négatif depuis 2015 et 2021 n'apporte pas de changement à ce niveau (-2,457). Ce chiffre est toutefois moins négatif qu'en 2020 (-9 853) mais aussi plus négatif qu'en 2019 (-881).
    • Le nombre de naissances repart à la hausse en 2021 et retrouve plus ou moins le niveau de 2019. En 2019, le nombre de naissances était de 36.528. Il baisse à 35.094 en 2020 (-3,9%) avant de remonter à 36.477 en 2021 (-0,1%).
    • Le nombre de décès a diminué en 2021 par rapport à 2020, mais reste plus élevé qu'en 2019. Le nombre de décès a augmenté de 37.409 en 2019 à 44.947 en 2020 (+20,2%) et à 38.934 en 2021 (+4,1%).
    • La diminution du solde naturel est due principalement au nombre de décès, qui reste légèrement supérieur à celui d'avant la pandémie de COVID-19.
  • Le solde migratoire international de la Région wallonne s’élève à +10.987 en 2021. Il est nettement supérieur à celui de 2020 (+8.023) et 2019 (+8.721).
    • Le nombre d'immigrations internationales a diminué en 2020 par rapport à 2019, mais s'est presque entièrement redressé en 2021. L’immigration internationale a diminué de 39.851 en 2019 à 34.522 en 2020 (-13,4%) et est remontée à 39.356 en 2021 (-1,2%).
    • Le nombre d'émigrations internationales a été plus faible en 2021 et 2020 qu'en 2019. En 2019, le nombre d'émigrations internationales était de 31.130. Il a diminué à 26.499 en 2020 (-14,9%) et à 28.369 en 2021 (-8,9%).
    • L'immigration internationale se redresse également plus rapidement en Wallonie que l'émigration internationale, ce qui se traduit par un solde migratoire international plus élevé.
  • Tout comme en Région flamande, on constate également en Région wallonne un solde migratoire interne positif (+5.789).

Région de Bruxelles-Capitale

Après avoir ralenti à 0,14% en 2020, la croissance démographique se redresse partiellement pour atteindre 0,22% dans la Région de Bruxelles-Capitale en 2021. Cependant, contrairement aux autres régions, cette croissance démographique reste faible par rapport à ce qu'elle était avant la pandémie de COVID-19.

  • Le solde naturel reste positif dans la Région de Bruxelles-Capitale en 2021 (+6.841). Il est plus positif qu'en 2020 (+4.863), mais moins qu'en 2019 (+7.938).
    • Contrairement aux autres régions, le nombre de naissances à Bruxelles ne semble pas se redresser. En 2019, le nombre de naissances était de 16.854. Il a diminué à 15.847 en 2020 (-6,0%) et à 15.690 en 2021 (-6,9%).
    • Le nombre de décès a diminué en 2021 par rapport à 2020 et retrouve le même niveau qu'en 2019. Le nombre de décès a augmenté de 8.916 en 2019 à 10.984 en 2020 (+23,2%) et à 8.849 en 2021 (-0,8%).
    • La diminution du solde naturel par rapport à la période précédant la pandémie de COVID-19 semble donc être principalement due à la diminution du nombre de naissances.
  • Le solde migratoire international de la Région de Bruxelles-Capitale s’élève à +16.965 en 2021. Il est plus élevé qu'en 2020 (+13.635)  mais plus faible qu'en 2019 (+17.799).
    • Le nombre d'immigrations internationales a diminué en 2020 par rapport à 2019, mais s'est redressé partiellement en 2021. L’immigration internationale a diminué de 54.317 en 2019 à 42.748 en 2020 (-21,3%) et est remontée à 48.414 en 2021 (-10,9%).
    • Le nombre d'émigrations internationales a été plus faible en 2021 et 2020 qu'en 2019. En 2019, le nombre d'émigrations internationales était de 36.518. Il a diminué à 29.113 en 2020 (-20,3%) et à 31.449 en 2021 (-13,9%).
  • Si l’on examine le nombre de déménagements entre les régions, on observe depuis des années qu'il y a plus de personnes qui déménagent de la Région de Bruxelles-Capitale vers l'une des deux autres régions que de Flamands et de Wallons qui décident de venir vivre dans la Région de Bruxelles-Capitale. Le solde migratoire interne est également négatif en 2021 pour la Région de Bruxelles-Capitale et s’élève à -21.051. Ce chiffre est à nouveau plus négatif qu'en 2020 (-17.319).

Les provinces

La province qui connaît la croissance la plus rapide en Belgique en 2021 est le Brabant flamand, avec une croissance démographique de 0,98 %. En Région flamande, les provinces de Flandre orientale (0,79%), du Limbourg (0,63%) et d'Anvers (0,59%) suivent en 2e, 3e et 4e positions, respectivement. La province de Flandre dont la croissance est la plus lente est la Flandre occidentale, avec une croissance de 0,47%.

La province de Luxembourg a été la province wallonne à la croissance la plus rapide, avec un taux de croissance de 0,84%. En Région wallonne, le Brabant wallon suit en 2e position (0,59%) et Namur en 3e position (0,48%). Les provinces du Hainaut (0,38%) et de Liège (0,17%) ont connu la plus faible croissance démographique, tant en Wallonie qu'en Belgique.

Mouvement de la population en 2021 en Belgique, dans les régions et les provinces

Lieu de résidence Population au 1er janvier 2021 Solde naturel Solde du mouvement migratoire interne Solde du mouvement migratoire international Ajustement statistique Croissance totale Population au 1er janvier 2022
Belgique 11.521.238 5.623 0 58.118 -971 62.770 11.584.008
Région de Bruxelles-Capitale 1.219.970 6.841 -21.051 16.965 -88 2.667 1.222.637
Région flamande 6.653.062 1.239 15.262 30.166 -853 45.814 6.698.876
Région wallonne 3.648.206 -2.457 5.789 10.987 -30 14.289 3.662.495
Communauté germanophone 78.144 45 143 277 -5 460 78.604
Province d’Anvers 1.875.524 2.581 -1.073 9.898 -321 11.085 1.886.609
Province de Limbourg 880.397 -518 2.091 4.146 -165 5.554 885.951
Province de Flandre orientale 1.531.745 648 4.926 6.634 -88 12.120 1.543.865
Province du Brabant flamand 1.162.084 1.026 5.786 4.745 -201 11.356 1.173.440
Province de Flandre occidentale 1.203.312 -2.498 3.532 4.743 -78 5.699 1.209.011
Province du Brabant wallon 407.397 168 1.827 420 -30 2.385 409.782
Province de Hainaut 1.345.947 -1.936 2.671 4.420 25 5.180 1.351.127
Province de Liège 1.109.067 -619 -490 3.003 28 1.922 1.110.989
Province de Luxembourg 288.722 174 643 1.607 -3 2.421 291.143
Province de Namur 497.073 -244 1.138 1.537 -50 2.381 499.454


(1) Les données utilisées proviennent du Registre national. Le chiffre officiel de la population ne prend pas en compte le registre d’attente des demandeurs d’asile, c’est-à-dire les personnes ayant une demande d’asile en cours de traitement (loi du 24 mai 1994 créant un registre d'attente pour les étrangers qui se déclarent réfugiés ou qui demandent la reconnaissance de la qualité de réfugié). Les chiffres publiés par Eurostat, par contre, comprennent une estimation des personnes inscrites au registre d’attente.

(2) Un nombre limité d'enregistrements au Registre national sont effectués tardivement ou ne sont pas corrects. Par conséquent, la croissance démographique observée (différence entre la population au 1er janvier 2022 et celle au 1er janvier 2021) ne correspond pas à 100% au solde obtenu sur la base des naissances, des décès et des migrations. L'ajustement statistique s’élève cette année à -971 unités au niveau belge. Il indique que les données sont de bonne qualité.

(3) Les immigrations se composent de trois mouvements : 1) l’immigration internationale classique, 2) les changements de registre (entrées) (transfert du registre d’attente au registre des étrangers) et 3) une réinscription (à la suite d'une radiation d’office).

(4) Les émigrations se composent de trois mouvements : 1) l’émigration internationale classique, 2) les changements de registre (sorties) (transfert vers le registre d'attente) et 3) les radiations d’office.

Belgique et régions
Content

Mouvement de la population en 2021

Lieu de résidence Population au 1er janvier 2021 Solde naturel Solde du mouvement migratoire interne Solde du mouvement migratoire international Ajustement statistique Croissance totale Population au 1er janvier 2022
Belgique 11.521.238 5.623 0 58.118 -971 62.770 11.584.008
Région de Bruxelles-Capitale 1.219.970 6.841 -21.051 16.965 -88 2.667 1.222.637
Région flamande 6.653.062 1.239 15.262 30.166 -853 45.814 6.698.876
Région wallonne 3.648.206 -2.457 5.789 10.987 -30 14.289 3.662.495
Communauté germanophone 78.144 45 143 277 -5 460 78.604
Provinces
Content

Mouvement de la population en 2021 par province

Lieu de résidence Population au 1er janvier 2021 Solde naturel Solde du mouvement migratoire interne Solde du mouvement migratoire international Ajustement statistique Croissance totale Population au 1er janvier 2022
Province d’Anvers 1.875.524 2.581 -1.073 9.898 -321 11.085 1.886.609
Province de Limbourg 880.397 -518 2.091 4.146 -165 5.554 885.951
Province de Flandre orientale 1.531.745 648 4.926 6.634 -88 12.120 1.543.865
Province du Brabant flamand 1.162.084 1.026 5.786 4.745 -201 11.356 1.173.440
Province de Flandre occidentale 1.203.312 -2.498 3.532 4.743 -78 5.699 1.209.011
Province du Brabant wallon 407.397 168 1.827 420 -30 2.385 409.782
Province de Hainaut 1.345.947 -1.936 2.671 4.420 25 5.180 1.351.127
Province de Liège 1.109.067 -619 -490 3.003 28 1.922 1.110.989
Province de Luxembourg 288.722 174 643 1.607 -3 2.421 291.143
Province de Namur 497.073 -244 1.138 1.537 -50 2.381 499.454

But et description sommaire

Le mouvement de la population recouvre des statistiques qui permettent d’expliquer l’évolution de la population résidente, telle qu’inscrite au Registre national des personnes physiques (RNPP).  

Cette statistique est consacrée à la variation de la population résidente, telle qu’inscrite au Registre national des personnes physiques (RNPP), pendant une année de référence. La population belge comprend les Belges et les non-Belges admis ou autorisés à s’établir ou à séjourner sur le territoire mais ne comprend pas les non-Belges séjournant pendant moins de trois mois sur le territoire, les demandeurs d’asile et les non-Belges en situation irrégulière. (Loi du 19 juillet 1991 et loi du 1 février 1995).

Le nombre d'habitants évolue au cours de l’année sous l’effet d’un certain nombre d’événements, aussi appelés ‘mouvements’. Au niveau belge, les mouvements suivants entraînent une variation du nombre d’habitants: naissances, décès, migrations internationales (immigration comme émigration) et les changements de nationalité. Les mêmes mouvements peuvent également être analysés à un niveau géographique inférieur, par exemple au niveau de la commune. A ce niveau inférieur, il est aussi possible d’étudier un mouvement supplémentaire, à savoir un changement de résidence en Belgique, aussi appelé mouvement migratoire interne.

L'évolution de la population résidente peut être déduite du RNPP, qui est géré par le SPF Intérieur.  Le RNPP est un système d'information qui assure l'enregistrement, le stockage et la communication des données d'identification des personnes. Ces données sont collectées par les communes (et l'Office des Étrangers pour certaines catégories). Les informations dans le registre national sont organisées en « types d'information » (TI), à savoir les différents éléments des données légales. Le mouvement de la population est déterminé sur la base de ces types d’information. Statbel est en effet autorisé a recevoir certains TI issus du Registre national afin de pouvoir ainsi remplir ses missions statistiques. Des informations complémentaires sur les différents types d’information sont disponibles sur le site internet du SPF Intérieur auprès de la Direction générale Institutions et Population.

Des chiffres complémentaires sur les mouvements des migrations internationales se trouvent sous le thème ‘migrations’ sur le site internet de Statbel. 
Des chiffres complémentaires sur les changements de nationalité se trouvent sous le thème ‘changements de nationalité’ sur le site internet de Statbel.

Population étudiée

Résidents en Belgique

Périodicité

Annuelle.

Calendrier de publication

Résultats disponibles 6 mois après la période de référence

Description des différents mouvements de la population

Solde naturel

Le solde naturel se calcule en déduisant le nombre de décès du nombre de naissances enregistrés pendant l’ensemble de l’année de référence. Si le nombre de naissances est supérieur au nombre de décès, le solde naturel est positif.

Les informations relatives au nombre de naissances peuvent être déduites du TI100, le lieu de naissance. On utilise la date de naissance pour définir le nombre de naissances pendant l’année de référence. Elle doit se situer dans l’année de référence. On tient également compte du lieu de naissance. La naissance doit en effet avoir eu lieu dans une commune belge.

Les informations sur le nombre de décès sont tirées du TI50, lieu et date de décès. Afin de déterminer le nombre de décès pendant l’année de référence, on tient compte de la date de décès et du lieu où la personne était inscrite au moment du décès.  Le décès n’est en effet pris en considération que si la personne résidait officiellement dans une commune belge au moment du décès (et faisait donc partie de la population résidente).

Solde du mouvement migratoire interne

Le solde du mouvement migratoire interne ne peut être calculé qu’au niveau sous-national. Il s’agit en effet des personnes qui déménagent d’une commune vers une autre. Un tel déménagement peut simultanément impliquer des mouvements migratoires entre arrondissements, provinces et même régions. Si le nombre de personnes qui arrivent dans une commune est supérieur au nombre de personnes qui partent vers une autre commune, le solde du mouvement migratoire interne est positif.

Les informations relatives au lieu de résidence se trouvent dans le RNPP sous le TI001, la commune de résidence, et le TI020, l’adresse de la résidence principale. Afin de définir le solde du mouvement migratoire interne au niveau communal,  il suffit d’utiliser le TI001 pour identifier les mouvements migratoires entre les communes belges. 

Toutefois, connaître l'adresse exacte permet d’autres applications, comme analyser le nombre de mouvements migratoires au sein d’une même commune, ce qui permet notamment de définir le nombre total de mouvements migratoires en Belgique. Dans les grandes villes, il est même éventuellement possible d’identifier les mouvements migratoires entre les différents secteurs. Voir métadonnées mouvement migratoire interne.

Solde du mouvement migratoire international

Le solde du mouvement migratoire international se calcule en déduisant le nombre d’émigrations internationales du nombre d’immigrations internationales enregistrées pendant l’année de référence. Si le nombre de d’immigrations internationales dépasse le nombre d’émigrations internationales, le solde du mouvement migratoire international est positif.

L’immigration internationale recouvre trois mouvements distincts:

  1. L’immigration internationale, disponible depuis 1992:  pour l’identifier, on utilise le TI001, soit la commune de résidence. Une personne est considérée comme ayant immigré en Belgique si:
    a.    L’on retrouve une inscription dans une commune belge et si l’inscription précédente dans le TI001 fait référence à une résidence à l’étranger ou;
    b.    il s’agit de la toute première inscription dans une commune belge, qui a eu lieu à une date ultérieure à la date de naissance. 
    Une personne peut immigrer au maximum 1 fois vers la Belgique pendant l’année en cours. On a dès lors également recours au TI210, la mention du registre, afin de sélectionner la date d’arrivée correcte.
  2. Réinscription, disponible depuis 1992:  On parle de réinscription quand une personne est rayée d’office mais se réinscrit malgré tout plus tard dans une commune belge. Une personne est considérée comme réinscrite si:
    a.    L’on retrouve une inscription dans une commune belge et l’inscription précédente dans le TI001 fait référence à une radiation de la personne et;
    b.    un critère de temps est également d’application: une personne n’est considérée comme radiée que si une nouvelle inscription dans une commune belge n’est effectuée qu’après le 1er mars de l’année suivante. Si la radiation et la réinscription se succèdent à un intervalle plus court, la personne n’est considérée ni comme radiée, ni comme réinscrite. 
  3. Changement de registre (intérieur), disponible depuis 2000: quand un demandeur d’asile est reconnu, il est retranscrit du registre d’attente au registre des étrangers. Cette information se trouve dans le TI210, mention du registre. 

L’émigration internationale recouvre également trois mouvements distincts:

  1. Emigration, disponible depuis 1992: on utilise le TI001, soit la commune de résidence. Une personne est considérée comme émigrée si cette personne a  été enregistrée pendant l’année de référence comme résidant à l’étranger et si l’enregistrement précédent dans le TI001 indique un domicile dans une commune belge.
  2. Radiation d’office, disponible depuis 1992: on utilise le TI001, soit la commune de résidence. Une personne est considérée comme radiée d’office si cette personne a été radiée pendant l’année de référence et si l’enregistrement précédent dans le TI001 indique qu’elle résidait dans une commune belge. On tient par ailleurs compte d’une composante de temps: une personne n’est considérée comme radiée que si elle n’est pas inscrite dans une commune belge avant le 1er mars de l’année suivante.
  3. Changements de registre (externe), disponible depuis 2010: on utilise le TI210, mention du registre. Il s’agit de personnes qui viennent d’un registre quelconque et qui sont reprises dans le registre d’attente. Il s’agit la plupart du temps de personnes qui sont déplacées du registre des étrangers vers le registre d’attente.

Ajustements statistiques

Dans un scénario idéal, la somme des différents soldes devrait être égale à la variation de la taille de la population que nous observons entre l’année Y et l’année Y+1. En d’autres termes, la population au 1er janvier de l’année Y+1 est égale à la somme de la population au 1er janvier de l’année Y, du solde naturel, du solde du mouvement migratoire interne et du solde du mouvement migratoire international pendant l’année Y.

Dans la pratique, il est rare que le résultat de ce calcul soit exact. La différence entre les deux est calculée et appelée l’ajustement statistique. L’ajustement statistique donne une indication de la qualité du chiffre de population. L’ordre de grandeur des ajustements statistiques est d’un millier d’unités. Sur un total de centaines de milliers d’enregistrements qui déterminent le mouvement de la population au fil de l’année, on peut considérer cette marge d’erreur comme minime.

Changement de nationalité

L’acquisition et l’octroi de la nationalité belge sont des matières juridiques complexes. Statbel effectue un calcul approximatif des changements de nationalité selon une méthode très simple: une personne change de nationalité quand sa nationalité telle qu’enregistrée dans le TI031 du RNPP change.

Nous ne prenons donc en compte que les personnes pour qui une autre nationalité était déjà enregistrée. Les personnes qui acquièrent la nationalité belge sans qu’une nationalité précédente ne soit mentionnée, ne sont pas reprises dans cette statistique.

Cette définition, bien sans réel fondement juridique, recouvre un grand nombre de catégories juridiques du code de la nationalité belge (naturalisation, acquisition par déclaration, etc.).  La condition qui implique d’avoir une nationalité précédente a pour conséquence qu’un certain nombre de situations ne sont pas prises en compte dans cette statistique.  C’est par exemple, en grande partie le cas lorsque la nationalité belge est octroyée sur la base de la nationalité du père ou de la mère (art. 8 de la loi du 4 décembre 2012 et précédentes). Généralement aucune nationalité antérieure n’est alors enregistrée.

Dans le Registre national, la nationalité est enregistrée dans le ‘type d'information 031'. Pour davantage d’informations sur l’acquisition de la nationalité et le ‘type d’information 031’ , veuillez consulter les sites internet du SPF Intérieur - Direction générale Institutions et Population et du SPF Justice.

Accroissement et indice

L’accroissement est la variation absolue du nombre d'habitants. En d’autres termes, il s’agit de la somme des différents soldes, à savoir le solde naturel, le solde du mouvement migratoire interne et le solde du mouvement migratoire international. Un chiffre positif indique une augmentation de la population, un chiffre négatif une diminution de la population.

L’indice de l’année Y est calculé de la manière suivante: l’accroissement de l’année de référence Y est divisé par la population au 1er janvier de l’année Y et multiplié par 100 (la croissance en pourcentage de la population au cours de l’année Y). Ce chiffre est ensuite additionné à 100. Un indice supérieur à 100 indique une augmentation de la population, un chiffre inférieur à 100 indique une diminution de la population. Plus le chiffre s’écarte de 100, plus l’augmentation ou la diminution de la population est substantielle.

Métadonnées