Emploi et chômage

La crise du coronavirus rend le marché du travail plus dynamique

Emploi & formation
La crise du coronavirus rend le marché du travail plus dynamique

Statbel, l'office belge de statistique, publie pour la première fois des chiffres relatifs aux transitions sur le marché du travail, sur la base de l’Enquête sur les forces de travail. Le caractère longitudinal de l’enquête permet de mesurer le dynamisme du marché du travail. Les données apportent des réponses à des questions comme: une personne qui a un emploi à un moment travaille-t-elle toujours le trimestre suivant ou une année plus tard, ou est-elle au chômage ou inactive? Dans la première partie de ce communiqué de presse, nous comparons le troisième trimestre 2020 avec le deuxième trimestre 2020.  Dans la deuxième partie, nous comparons le troisième trimestre 2020 avec le troisième trimestre 2019.

Le marché du travail été particulièrement touché par la crise du coronavirus entre les premier et deuxième trimestres 2020. Entre les deuxième et troisième trimestres 2020, les transitions semblent retrouver le niveau des transitions antérieures.

Les principaux résultats sont les suivants:

  • Par rapport au trimestre précédent, la majorité des personnes occupées ont encore un emploi (95,7%). Par rapport à l’an dernier, nous constatons toutefois qu’un peu moins de personnes conservent un emploi sur le marché du travail.
  • Par rapport aux trimestres précédents, davantage de chômeurs restent au chômage, même parmi les personnes ayant un niveau d'instruction élevé. Alors qu’au trimestre précédent, de nombreux chômeurs étaient devenus inactifs, ils se sont désormais pleinement remis à la recherche d’un emploi.
  • De nombreuses personnes inactives le restent: par rapport au trimestre précédent, 89,5% des 15-74 ans sont toujours inactifs. L’an dernier, ce chiffre était encore de 87,9%.

Statut sur le marché du travail par rapport au trimestre précédent 

Plus de la moitié encore au chômage après 3 mois

Par rapport au deuxième trimestre de 2020, 95,7% des 15-74 ans ont conservé leur emploi au troisième trimestre. Il s’agit d’une proportion importante, mais il convient aussi de tenir compte du fait que les personnes en chômage technique ou qui travaillent moins d’heures conservent leur emploi. 1% des personnes occupées au trimestre précédent étaient au chômage et 3,3% inactives.

52% des chômeurs du trimestre précédent l’étaient encore au troisième trimestre, 22,5% avaient trouvé un emploi et 25,6% étaient devenus inactifs.

89,5% des inactifs du trimestre précédent étaient toujours inactifs, 4,5% étaient devenus chômeurs et 6,0% travaillaient.

  Chômeur 2020 T3 Occupé 2020 T3 Inactif 2020 T3 Total
Chômeur 2020 T2 52,0% 22,5% 25,6% 100%
Occupé 2020 T2 1,0% 95,7% 3,3% 100%
Inactif 2020 T2 4,5% 6,0% 89,5% 100%

Les personnes hautement qualifiées restent plus souvent au chômage après 3 mois

Si nous examinons les groupes spécifiques, nous observons peu de différences entre les transitions des hommes et des femmes. A Bruxelles et en Wallonie, beaucoup plus de personnes qu’en Flandre restent au chômage après trois mois et n’effectuent pas la transition vers le travail. En Flandre, 32,9% des chômeurs sont à nouveau au travail par rapport à trois mois plus tôt, contre seulement 10,2% à Bruxelles et 19,1% en Wallonie.

Les jeunes sont plus mobiles sur le marché du travail que les plus de 30 ans: ils décrochent plus rapidement un emploi, ils restent moins inactifs et au chômage. D’autre part, les jeunes restent aussi moins souvent au travail: 91,3% des jeunes qui étaient au travail au trimestre précédent, sont encore au travail trois mois plus tard, contre 96,6% chez les plus de 30 ans.

Normalement, les personnes à niveau d'instruction élevé retrouvent assez vite un emploi quand elles sont au chômage. Actuellement, le pourcentage de personnes qui restent au chômage est plus élevé chez les personnes hautement qualifiées que chez les personnes moyennement qualifiées (54,1% contre 46,1%). Les personnes à niveau d'instruction élevé restent cependant moins souvent inactives que les personnes à niveau d'instruction plus faible.

En ce qui concerne la nationalité (Belge /  non-Belge), les plus grandes différences s’observent parmi les chômeurs. Les non-Belges restent plus souvent au chômage que les Belges (64,0% contre 48,9%); ils effectuent moins souvent la transition vers le travail et l’inactivité.

Les chômeurs restent plus souvent au chômage après 3 mois

L'Enquête sur les forces de travail est une enquête à panel depuis 2017. Nous disposons désormais d’une série suffisamment longue pour comparer ces transitions entre elles. L’évolution des transitions par trimestre montre qu’elles sont assez stables, même si le confinement qui a débuté en mars a clairement des conséquences pour le marché du travail. Le nombre de chômeurs qui n’ont plus cherché activement un emploi affiche un pic au deuxième trimestre 2020 et le nombre de chômeurs qui ont trouvé un emploi baisse nettement. Seulement 12,2% des chômeurs du premier trimestre 2020 travaillaient au deuxième trimestre 2020. Il s’agit du pourcentage le plus bas depuis le début des mesures en 2017. 39,8% des chômeurs au T1 2020 sont devenus inactifs au T2 2020 parce qu’ils n’étaient plus activement à la recherche d’un emploi ou n’étaient plus disponibles pour commencer à travailler dans les deux semaines. La situation se normalise au T3 et le pourcentage de chômeurs qui deviennent inactifs passe à 25,6%. Les chiffres semblent toutefois se normaliser au trimestre dernier.

Statut sur le marché du travail par rapport à un an plus tôt

Plus de quatre personnes sur dix encore au chômage après un an

Si l’on compare le statut sur le marché du travail du troisième trimestre 2020 avec le troisième trimestre 2019, on voit que 91,5% des personnes occupées sont toujours au travail un an plus tard; 6,3% sont inactives et 2,2% sont à la recherche d’un emploi. 87,9% restent inactifs, 8,8% des inactifs de l’an dernier sont maintenant au travail et 3,3% sont devenus chômeurs et sont donc activement à la recherche d’un emploi et disponibles pour commencer à travailler dans les deux semaines. Nous observons surtout une forte évolution dans la transition des chômeurs: de nombreux chômeurs restent au chômage (41,1%) - ce chiffre était en recul mais a retrouvé le niveau des transitions observées entre 2018 et 2019. Nous voyons également que moins de chômeurs font la transition vers l’emploi (29,3%) et moins de chômeurs deviennent inactifs (29,6%).

  Chômeur 2020 T3 Occupé 2020 T3 Inactif 2020 T3 Total
Chômeur 2019 T3 41,1% 29,3% 29,6% 100%
Occupé 2019 T3 2,2% 91,5% 6,3% 100%
Inactif 2019 T3 3,3% 8,8% 87,9% 100%

Les hommes restent plus souvent chômeurs que les femmes

Non seulement les hommes sont plus souvent demandeurs d’emploi que les femmes mais ils restent aussi plus longtemps chômeurs. 46,5% des hommes sont encore au chômage après un an, contre 34,7% des femmes. Les femmes effectuent plus souvent la transition vers l’inactivité que les hommes (34,5% versus 25,5% des hommes). Sur une période d’un an, les différences entre les régions sont grandes : 30% sont encore chômeurs après un an en Flandre, contre 45,6% en Région wallonne et 51,5% en Région de Bruxelles-Capitale.

Si l’on regarde les moins de 30 ans, on voit bien plus de mouvements sur le marché du travail: 26,5% des jeunes restent chômeurs, 78,2% sont au travail et 81,2% sont inactifs contre respectivement 47,5%, 94,4% en 90,7% chez les 30-74 ans. Les personnes à niveau d’instruction élevé restent aussi moins souvent au chômage que les personnes moins qualifiées. Après un an, 34,2% des personnes à niveau d'instruction élevé sont encore au chômage contre 44,2% en 43,8% des personnes à niveau d’instruction faible et moyen. Les personnes à niveau d’instruction élevé restent plus souvent au travail et moins souvent inactives. A court terme (3 mois), on observe une différence entre les Belges et les non-Belges en ce qui concerne le pourcentage de personnes qui restent au chômage. Sur une année complète toutefois, les Belges restent aussi souvent chômeurs que les non-Belges. Les non-Belges deviennent un peu plus souvent inactifs s’ils changent de statut que les Belges, qui vont plus souvent travailler

Evolution au fil du temps

Si l’on compare les matrices des transitions annuelles, nous observons une assez grande stabilité, sauf en ce qui concerne les chômeurs. Chez eux, les transitions vers le travail, l’inactivité et le chômage sont toujours plus prononcées. Alors qu’au trimestre dernier, la transition annuelle montrait encore que les chômeurs devenaient plutôt inactifs, ils sont plus souvent à la recherche d’un emploi ce trimestre-ci.

Informations méthodologiques

Les chiffres présentés ici font partie d'une analyse encore à publier qui se penche plus en détail sur la méthodologie des transitions sur le marché du travail.

Il s’agit de résultats de l'enquête sur les forces de travail (EFT), une enquête harmonisée au niveau européen. Les définitions de l’emploi et du chômage utilisées sont celles du Bureau international du Travail (BIT), garantissant ainsi la comparabilité des résultats à l’échelle internationale. Nous faisons une distinction entre trois statuts du BIT sur le marché du travail : occupé, chômeur et inactif. Les définitions utilisées se trouvent ici :

https://statbel.fgov.be/fr/themes/emploi-formation/marche-du-travail/em…

Notez que les chômeurs temporaires sont temporairement absents de leur travail et sont comptabilisés parmi les personnes occupées.

L’enquête sur les forces de travail est une enquête continue, ce qui signifie que l'échantillon est réparti uniformément sur les 52 semaines de l'année. Les répondants sélectionnés répondent à un questionnaire qui porte principalement sur leur activité durant une semaine de référence donnée. Les répondants participent à quatre reprises: pendant 2 trimestres consécutifs, pas pendant 2 trimestres puis à nouveau pendant 2 trimestres. Cela nous permet d’observer quel est le statut sur le marché du travail d'un répondant donné, pendant un trimestre, puis un trimestre et/ou un an plus tard : par exemple, une personne qui est au chômage est-elle encore au chômage le trimestre suivant et/ou l'année suivante ?

Ainsi, si l’on parle d'un statut donné pendant un trimestre donné, il s’agit par définition du statut de la semaine de référence. Si la personne déclare avoir travaillé pendant la semaine de référence du trimestre T et durant la semaine de référence du trimestre T+1, elle est comptabilisée deux fois comme occupée. Un certain nombre de personnes ont bien sûr été au chômage entre-temps, par exemple, mais cela sort du cadre de nos données.

Les transitions trimestrielles sont les sommes des observations pondérées de répondants qui participent pendant des trimestres successifs (p.ex. 2019T4-2020T1, 2020T1-2020T2).

Les transitions annuelles d’un trimestre spécifique sont les sommes des observations pondérées de répondants participant au même trimestre de deux années consécutives (par exemple 2019T1-2020 T1).

Les transitions annuelles sont les moyennes de quatre transitions annuelles d’un trimestre spécifique de deux années consécutives (p. ex. 2019-2020).

Les répondants qui n’ont pas participé à l’une des deux vagues (= interrogations) ne peuvent être utilisés dans cette analyse. Les répondants de cet échantillon longitudinal ont au moins 15 ans et au maximum 74 ans pendant les deux trimestres.

L’échantillon longitudinal est calibré selon les répartitions estimées du statut sur le marché du travail du BIT, selon l’âge, le sexe, la région, le niveau d’instruction et la nationalité, durant le trimestre de début et de fin.

Les chiffres publiés sont basés sur l'Enquête sur les forces de travail. Les chiffres présentés ne sont pas des chiffres exacts mais des approximations basées sur l’extrapolation d’un échantillon aléatoire de la population belge. Il faut en tenir compte lors de l’interprétation des chiffres. Lorsque le nombre non pondéré de personnes est inférieur à 30, les données doivent être interprétées avec prudence.

Vous trouverez davantage d’informations sur l’Enquête sur les forces de travail sur:

https://statbel.fgov.be/fr/themes/emploi-formation/marche-du-travail/em…

Aperçu
Content
Tableau 1
Tableau 2

Enquête sur les forces de travail (EFT)

But et description sommaire

L’enquête par sondage sur les forces de travail est une enquête auprès des ménages privés, menée pendant toute l’année. Elle repose sur les réponses de près de 123.000 personnes (répondants) en âge de travailler (15 ans et plus).

Son but principal est de classer la population en âge de travailler (15 ans et plus) en trois groupes (personnes occupées, chômeurs et inactifs), et de fournir des données descriptives et explicatives sur chacune de ces catégories. Cette enquête est également réalisée dans les autres États membres de l’UE et est coordonnée par EUROSTAT, le service statistique de l'Union européenne. En Belgique, l'EFT est organisée par Statbel (Direction générale Statistique - Statistics Belgium). Le but est d’obtenir des informations comparables au niveau européen notamment pour ce qui concerne les taux d’emploi et de chômage au sens des définitions du Bureau international du Travail (BIT), mais également de collecter et de diffuser des données non disponibles par ailleurs. Il s'agit par exemple de la mobilité des travailleurs, des motifs du temps partiel, des différentes formes de travail à temps partiel, de la profession, du niveau d’éducation de la population en âge de travailler,...

Population étudiée

Les membres des ménages privés, âgés de 15 ans ou plus.

Base de sondage

Données démographiques du Registre national.

Méthode de collecte des données et taille de l’échantillon

Les informations sont recueillies par voie d'entretiens en face-à-face. Depuis 2017 suivent ensuite encore trois enquêtes de suivi (plus courtes) auxquelles les ménages répondent via web ou par téléphone.

Les ménages ne comportant que des personnes inactives âgées de plus de 64 ans peuvent aussi être interrogés par téléphone.

Chaque année, environ 47 000 ménages reçoivent un courrier leur demandant de participer à cette enquête.

Taux de réponse

Le taux de réponse est supérieur à 75%.

Périodicité

Trimestrielle.

Calendrier de publication

Disponibilité des résultats : environ 3 mois après la fin de la période de référence.

Formulaires

Definitions

L'enquête est harmonisée au niveau européen. Les définitions de l’emploi et du chômage utilisées sont celles du Bureau international du Travail (BIT), garantissant ainsi la comparabilité des résultats à l’échelle internationale.

  • Les personnes ayant un emploi (les actifs occupés) sont des personnes qui, pendant la semaine de référence, ont presté au moins une heure de travail en échange d’un salaire ou pour s’assurer un bénéfice, ou qui avaient un emploi mais étaient temporairement absentes. Par exemple, on peut être temporairement absent pour des vacances, une maladie, des motifs techniques ou économiques (chômage temporaire),...

    La main-d’œuvre familiale est également comprise dans la catégorie des personnes occupées.

  • Les chômeurs sont toutes les personnes qui :

(a) étaient sans travail pendant la semaine de référence, c’est-à-dire qui n’ont pas travaillé en tant que salarié ou indépendant ;

(b) étaient disponibles pour travailler, c'est-à-dire pour commencer une activité en tant que salarié ou indépendant dans un délai de deux semaines après la semaine de référence;

(c) étaient à la recherche active d'un travail, c'est-à-dire qui avaient entrepris des démarches spécifiques en vue de trouver un emploi salarié ou non salarié pendant une période de quatre semaines se terminant à la fin de la semaine de référence, ou qui avaient trouvé un travail à commencer plus tard, c’est-à-dire endéans une période maximale de trois mois.

Attention ! Les taux de chômage BIT sont indépendants d’une inscription éventuelle auprès du FOREM, d’Actiris, du VDAB ou de l’ADG ainsi que de la perception d'une allocation de l'ONEM et ne peuvent dès lors être comparés aux taux de chômage administratifs.

  • La population active est composée des chômeurs et de la population occupée.
  • Les inactifs sont toutes les personnes qui ne sont pas considérées comme des chômeurs ou comme des personnes ayant un emploi.

 

  • Le taux d'emploi donne le pourcentage de personnes occupées dans une certaine classe d'âge. 
  • Le taux d’emploi dans le cadre de la stratégie « Europe 2020 » indique le pourcentage de personnes occupées parmi la population âgée de 20 à 64 ans
  • Le taux de chômage représente le pourcentage de chômeurs parmi la population active (personnes occupées + chômeurs) d'une classe d'âge donnée.
  • Le taux d’activité reflète le pourcentage de la population active (personnes occupées + chômeurs) parmi la population totale au sein d'une classe d'âge donnée.

Les indicateurs ci-dessus (taux d’emploi, taux de chômage et taux d’activité) sont les principaux indicateurs destinés à comparer l’évolution du marché du travail au niveau international.

Métadonnées

Méthodologie enquêtes

Réglementation