Géographie

Plusieurs concepts servent à caractériser les surfaces terrestres. Il n'y a aucune correspondance logique entre les trois concepts présentés ci-dessous, de sorte qu'il n'est pas possible d'établir une correspondance entre les statistiques publiées.

La couverture du sol (land cover, landbedekking) est ce que l'on voit physiquement: herbe, bois, champ, bâtiment. Ces statistiques sont généralement faites à partir de photos aériennes (exemple: CORINE Land Cover de l'IGN et de l'Agence européenne de l'Environnement). Les statistiques correspondantes seront disponibles sur notre site sous peu.

L'utilisation du sol (land use, landgebruik) en est l'usage. Par exemple, une prairie peut faire l'objet d'un pâturage (utilisation pastorale, "prairie permanente"), d'un jardin (utilisation résidentielle, terrain attenant à une habitation = "parcelle bâtie") ou d'un terrain de football ("terrain de sport et de loisir"). Cette nomenclature correspond à un standard international. Les sources utilisées sont les inventaires agricoles, forestiers et les données détaillées (non publiées) du cadastre. On notera que la notion de "terrains bâtis" inclut ici tous les terrains urbanisés, tant les routes que les parkings, les parcs publics, les terrains de sport, les jardins, les terrains industriels etc. Il n'y a pas de correspondance entre les données publiées d'occupation du sol et les rubriques d'utilisation du sol. Les statistiques correspondantes sont disponibles ici: http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/environnement/geo/sol/Lien externe

L'occupation du sol (landbezetting) est une notion typiquement belge non utilisée dans les statistiques internationales. Il s'agit de l'affectation théorique donnée par les propriétaires de la parcelle en accord avec l'administration cadastrale, en vue de déterminer son revenu cadastral. Par exemple, une parcelle est destinée aux pâtures et se retrouve sous la rubrique cadastrale "pâtures". Or cette parcelle n'a plus été entretenue depuis longtemps et est devenue un bois. Elle continue cependant à figurer sous la rubrique "pâtures" qui est son occupation cadastrale officielle. En pratique, les propriétaires sont tenus de déclarer les changements d'affectation de leurs parcelles quand ceux-ci affectent le revenu cadastral. L'administration du cadastre veille à optimiser le revenu, de sorte que les parcelles de plus grande valeur correspondent généralement à l'usage déclaré, alors que les parcelles moins bien valorisées font l'objet de moins de contrôles. Les regroupements de la statistique cadastrale d'occupation du sol suivent la logique des préoccupations fiscales. Le total des "parcelles bâties" n'inclut par exemple ni les chemins et routes, ni les parcs et terrains de sport, ni les parcelles non cadastrées, ni les terrains industriels, terrains de camping, remparts, digues etc. Nous publions cette statistique essentiellement car elle permet de remonter jusqu'en 1980, qu'elle est détaillée jusqu'au niveau des communes et que les spécialistes en ont besoin pour leurs modèles d'estimation de la couverture ou de l'utilisation du sol. Avant d'utiliser cette statistique, il est important de lire les documents descriptifs suivants: (... de publicatie van 1/1/1980).

Exemples de biais dans la statistique d'occupation du sol par rapport à la couverture réelle: les terres agricoles y sont environ 30% supérieures aux surfaces effectivement utilisées par l'agriculture professionnelle. Les forêts y sont sous-estimées de plus de 10%. Le "total des parcelles bâties" y est environ 35% inférieur aux "Terrains bâtis et terrains connexes" de l'utilisation du sol.

Fichiers téléchargeables