Statistische discriminatie van allochtonen op jobmarkten met rigide lonen

1461 Statistische discriminatie van allochtonen op jobmarkten met rigide lonenExternal linkExternal linkExternal linkCette thèse de doctorat a pour points de départ le fort taux de chômage et les durées de chômage nettement plus élevées, même après correction des formations suivies et autres facteurs, des hommes et des femmes issus des groupes nationaux turcs et marocains en Belgique. Une étude du VDAB réalisée dans 12 communes flamandes (Van den Broeck, 1999) a montré qu’en décembre 1998, 27,4% des hommes âgés de 18 à 50 ans issus des groupes nationaux turcs et marocains étaient au chômage. A titre de comparaison, dans les mêmes communes, 5% des hommes âgés de 18 à 50 ans issus du groupe national belge étaient au chômage. Une étude réalisée par l'auteur auprès de jeunes belges et étrangers ayant un diplôme belge montre que le diplôme, le secteur de l'emploi antérieur, l'année d'arrivée, la province et l'âge n'expliquent qu’en partie de la différence de durée de chômage avec les Belges. Caestecker et van de Voorde (1996) estiment qu'en quittant l'école avec un diplôme de l'enseignement secondaire technique ou professionnel, les Turcs et les Marocains ont moins de chances de trouver un emploi que les Belges ayant un diplôme identique.  Leur échantillon comprend également des Belges naturalisés d’origine turque et marocaine. Cette thèse de doctorat apporte une explication à ces résultats. Pour ce faire, l’auteur a développé la théorie sur la discrimination statistique ainsi qu'un modèle de recherche d'employeurs et de chômeurs sur le marché de l'emploi. A partir de cette double approche, Bart Van den Cruyce déduit plusieurs hypothèses qui sont ensuite testées de manière empirique.

Edition date :17/12/2010
Government publication :Non
Digital Library type:Enterprises , Government , Immigration , Labour market
Edition type:Thésis doctorale