La croissance économique sans le progrès social. L’état des lieux à Bruxelles

La croissance économique sans le progrès social. L’état des lieux à Bruxelles
External linkExternal linkExternal linkBruxelles est de plus en plus riche, les Bruxellois sont de plus en plus pauvres. Ce constat abrupt d'une ville se développant économiquement sans en faire profiter l'ensemble de sa population peut être fait dans beaucoup de villes européennes. La situation bruxelloise est cependant, de ce point de vue, particulièrement alarmante.
C'est le constat dressé par Gilles Vanhamme, Isaline Wertz et Valérie Biot dans la 48ème parution de Brussels Studies. Ils y développent une comparaison des évolutions socio-économiques de Bruxelles et des autres grandes villes belges (Anvers, Charleroi, Gand et Liège) et cherchent à comprendre pourquoi la croissance bruxelloise ne produit plus d’amélioration sensible de la situation sociale.
Entre croissance postindustrielle génératrice d’inégalités et d’exclusion des personnes peu qualifiées et polarisation urbaine défavorisant les habitants de certains quartiers, les défis sont considérables. D’une part, la demande de main d’œuvre qualifiée augmente, alors même que l’emploi peu qualifié se réduit de manière drastique. D’autre part, un « effet de lieu se fait sentir  » : toutes choses étant égales par ailleurs, les habitants de certains quartiers ont notablement moins de chances que d’autres de s’insérer sur le marché de l’emploi et de bénéficier de la croissance.

Edition date :01/03/2011
Government publication :Non
Digital Library type:Brussels , Economy
Edition type:Article